Traiteur végétal organisateur de réceptions

  • Goodee
  • Category Actualités

Richard Blanc Traiteur végétal et gourmand, un professionnel expérimenté à votre service de la pause au dîner de gala

Deux choses essentielles : 
– préparer en toute sécurité des plats sains, joliement présentés,
– vous entendre pour construire et réussir votre événement qu’il s’agisse d’une pause, d’un cocktail, d’une réception privée ou professionnelle.

Des amis, clients, commerçants ou artisans me disent « les clients veulent de la qualité ». Nous entendons des messages forts sur ce qu’il va falloir changer dans notre système alimentaire qui menace notre santé et la planète. Réduire notre apport journalier en calories, moins de viande, moins de sucre, pas d’alcool… J’ai transformé ces recommandations en solutions gourmandes pour vous régaler et faire plaisir. En cette rentrée 2019, l’accent est mis sur les fruits, légumes de saison, les légumineuses, les œufs et produits laitiers,  tandis que la viande, le poisson et les fruis de mer ne sont présents  qu’à de rares occasions sur des menus conçus sur mesure pour répondre à vos attentes. Découvrez vite ma nouvelle collection très différente de l’offre actuellement sur le marché. 

Végétal mais pas végan

La période de la rentrée est l’occasion de changement et comme je m’intéresse à ce qu’il y a dans vos assiettes, à la cuisine des fruits, légumes, végétaux ou légumineuses…, je voulais en profiter pour approfondir un peu le sujet Végan, trop méconnu et beaucoup trop jugé de manière négative et agressive. Je pense que l’apport des oeufs et du lait sont bien pratiques dans mes recettes alors réduire la part de viande ou de poissons dans mes menus ne fait pas de moi un Végan.

C’est quoi le véganisme ? 

Un vegan c’est quelqu’un qui refuse toute exploitation animale et qui tente du mieux qu’il peut de ne pas consommer de produits animaux et leurs dérivés, que soit dans l’alimentation, la cosmétique ou les vêtements, de ne pas utiliser de produits testés sur les animaux, ni de soutenir l’exploitation animale a des fins divertissantes, comme les cirques, les corridas, les aquarium etc. Cela va plus loin que le végétalisme qui ne concerne que l’alimentation, bref un vrai combatant guidé par la conviction que les animeux méritent autant que nous de vivre sur notre planète. 

Ecologie, développement durable et économie circulaire

L’économie circulaire s’oppose au modèle classique dit d’économie linéaire (extraire => produire => consommer => jeter). Le concept d’économie circulaire n’est pas actuellement totalement stabilisé. Bien que certains assimilent encore l’économie circulaire au seul recyclage, la plupart des travaux et acteurs convergent vers une notion de l’économie circulaire s’articulant autour d’une prise en compte large de trois champs :

L’économie circulaire : système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement.

L’économie circulaire doit viser globalement à diminuer drastiquement le gaspillage des ressources, notamment mais pas seulement les matières premières et l’énergie, afin de découpler la consommation des ressources de la croissance du PIB tout en assurant la réduction des impacts environnementaux et l’augmentation du bien-être notamment en préservant ou développant l’emploi. Il s’agit de faire plus et mieux avec moins. 

Devenons des acteurs de l’économie circulaire à SQY

La réalité nous rattrape et il devient impossible de profiter de nouvelles ressources sans changer nos modes de production et de consommation. La fin de l’usage des produits fabriqués nous conduit à repenser nos modes d’achat pour aller vers de nouveaux modèles économiques (dématérialisation, économie de fonctionnalité, valorisation…)

 

  • Conception et production circulaire (autres matières ou modes de production…)
  • Logistique inversée (participation du consommateur, mobilisation du réseau…)
  • Symbioses (matières, énergies, compétences, échanges gagnant/gagnant…)

Trouver et s’approvisionner en produits bio locaux A SQY

Nous souhaitons convaincre tous les acteurs motivés par le projet de manger mieux
en impliquant le maximum d’acteurs – cuisiniers, clients, gérants de restaurant ou de magasins… pour connaître ce que chacun peut apporter et que le projet soit collectif et pluridisciplinaire. Renseignez-vous sur les filières bio locales en Ile de France en évaluant la capacité de l’offre de la filière bio locale : produits disponibles, tarifs, conditions, modalités et délais de livraison, restaurants proposants ces produis, magasins distribuant une gamme de produits frais bio et locaux. Vous souhaitez être informé sur l’arrivée des produits bio locaux, sur le territoire de SQY (marchés de producteurs, initiatives de magasins, initiatives du réseau Goodee-SQY…) 17 exploitations ont été recensées.

  • 9 exploitations ont la majorité de leur terre à l’extérieur du périmètre de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • La plupart des agriculteurs du territoire cultivent des céréales et des oléo-protéagineux. Plusieurs agriculteurs font du foin pour des chevaux ou pour des élevages de bovins.
  • 2 exploitations sont en maraîchage et toutes deux en agriculture biologique.
  • La Ferme de Grignon, certifiée ISO 14 001, est engagée dans un management environnemental et est en passe d’obtenir une certification environnementale de niveau 3 (la plus exigeante).


La dynamique d’agriculture urbaine est aussi favorisée par un réseau de restaurants et de points de vente en circuits courts : AMAP, magasins bios, paniers fraîcheur dans les gares…Engagez-vous durablement ! 

 

Le bio : Nouveau marché en plein essor 

Selon un sondage par l’institut Opinion Way, 79% des consommateurs français interrogés adhérent aux valeurs du commerce équitable. 68% des personnes interrogées se disent prêtes à « payer légèrement plus cher pour un produit qui garantit des conditions de travail et une rémunération juste pour le consommateur ». C’est une bonne nouvelle pour les producteurs !

Avec près d’un milliard de chiffre d’affaires en 2016 et une croissance de 42%, le marché du commerce équitable croit aux côtés du marché de l’agriculture biologique (7 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2016 et 20% de croissance). Bio et équitable c’est aussi une complémentarité qui se renforce : en 2016, 74% des produits issus du commerce équitable étaient aussi bio. L’édition 2017 de la campagne Manger Bio et Local c’est l’idéal, en partenariat avec la Plate-Forme pour le Commerce Equitable, nous invite donc tous à mettre en valeur les produits équitables bio et locaux.